http://www.clicanimaux.com

Il suffit d'un clic pour nourrir gratuitement un animal abandonné !

Quand le blues m'éteint

Compositeur - Arrangeur - interprète : Eric LE NOIR (http://fr.myspace.com/ericlenoir)

 

Paris est triste ce matin.

La pluie martèle tous les toits ;

Le ciel a la couleur chagrin,

Tout comme moi.

 

Je m'accorde encore dix minutes

Sous la couette qui me retient.

Pour en sortir, il faut qu' je lutte ;

J'y suis si bien !

 

Ça y'est, je suis enfin debout.

J'ai zappé la douch', pas le temps !

Mes tartines n'ont plus ce goût

Que j'aimais tant...

 

Encore un' journée sans envies,

À regarder passer les heures,

Car je sais bien que cette nuit

N' s'ra pas meilleure.


 REFRAIN :

J'aim'rais tell'ment qu'on soit dimanche,

Pour avoir une bonn' raison

De récupérer ma nuit blanche

Sous l'édredon.

J'aim'rais tell'ment qu'on soit dimanche,

Reporter à demain matin

Les "il faudra" qui font qu' je flanche

Quand le blues m'éteint.

 

Paris est triste ce matin.

À travers ma fenêtre embuée,

Le ciel pleur' sur un quotidien

Qui va me tuer.

 

J'ai beau fouiller dans mes souv'nirs,

En espérant pouvoir trouver

Juste une image à retenir,

Ou effacer...

 

Ma mémoire est un grand désert

Où même le vent sonne creux.

Je me demande si mes hier

N'étaient pas mieux ?...

 

Encore un' journée qui s'impose

Sans un' seule autre issue possible,

Ce désir d'une apothéose

Inaccessible.

 

REFRAIN

 

Paris m'indiffère aujourd'hui ;

Il peut bien pleuvoir sur ses toits,

J'ai pas envie d'être celui

Qui te déçoit.

 

J'attendrai que l'on soit dimanche

Pour laisser le blues sous les draps ;

Qu'importe si la nuit est blanche,

Lui s'éteindra.

  

Texte écrit les 7 et 10/12/2012,

Frédéric NYEL © (alias FredOueb)

Commentaires (5)

1. Anne-Marie irr 28/10/2016

Très jolie chanson qu'il ne faut pas écouter un jour de spleen ! Beaucoup d'émotion à son écoute. J'aurais aimé savoir l'écrire ...
A bientôt, Fred

=> Frédéric NYEL : Bonjour Anne-Marie.
La fin n'est pas si triste que le début !
Merci de vous êtes arrêtée sur cette belle chanson que je dois - au-delà du texte - au talent d'Éric Le Noir, tant pour sa mise en notes que pour son interprétation ad hoc (comme le Capitaine du même nom...).
Et toutes les compos/interprétations du Sieur Le Noir sont du même acabit, que ce soient sur mes mots ou ceux d'autres auteur(e)s. (J'adore ce mec !!).
À très bientôt.

2. SOPHYA 18/12/2012

On a tous ressenti ce vague à l'âme, cette impression de vide et d'inutilité qui nous engluent. Bonne description du spleen, même si comme le dit Jean, "ça sent un peu le premier jet". Même si ce n'est pas très gai, j'aime bien!
A bientôt pour un texte plus optimiste!

=> Frédéric NYEL : C'est mon grand défaut que de rarement revenir sur un texte. Une fois écrit, je tourne la page. Mais parfois...
Merci d'être venue me lire.

3. libreplume 12/12/2012

Je ressens totalement ce blues 'du jour qui vient mais n'est pas encore là mais qui suivra un autre jour en passant par les nuits'...
Comme il est fréquent de se dire 'Et si j'hibernais une bonne fois ? le monde tournerait sans moi un temps, et je reviendrai à neuf prendre le train des heures/dimanche en marche...'. J'aime bien la fin, au delà du désert creux d'images, le blues finit bien sûr par s'éteindre, quand une nouvelle aurore pointe un peu de couleur et pousse la brume vers un autre loin.
Donc sur le thème, nombre de tes lecteurs (auditeurs) se reconnaîtront. Sur un rythme qui se danse déjà à la lecture, c'est plutôt bon, à mon avis, j'aime bien.

=> Frédéric NYEL : Si j'aime qu'on aime (Merci Libreplume ! :)), je rejoindrais l'avis d'un Fun/Jean avisé ci-dessous avant toi, qui a su déceler - peut-être pour bien me (re-)connaitre - un premier jet non (re-)travaillé (J'avoue, Jean !!). Je ne l'ai pas retouché mais je sens, je sais qu'il y a des mots, des passages à revoir en profondeur comme en "façade". Mais l'idée est déjà là.

4. Jean. (site web) 12/12/2012

Comme toujours très bon et techniquement irréprochable... même si ça sent un peu le premier jet. Je pense que modifier quelques tournures, changer quelques mots (je mettrais, pour exemple, tout simplement "m'accorde" en lieu et place de "m'octroie") renforcerait en fluidifiant l'émotionnel du texte. Un chouilla d'audace supplémentaire dans le choix des mots finirait de me combler. Mais... je ne suis pas là par hasard, j'adore la façon dont fonctionne ton esprit Fredounet l'accord avec l'oreille, le sens des sons et surtout du rythme. Non Fred, t'es pas tout seul... mais arrête de pleurer comme ça devant tout le monde! Toute mon affection & mon amitié en passant...

=> Frédéric NYEL : Je ne sais pas si je peux me permettre de dire... ben si, tiens !! que j'aime tes com's autant que tu apprécies mes textes. Ce pourrait être un bon résumé en fait. J'ai bien noté "m'accorde" en lieu et place de "m'octroie". J'y réfléchis...
Merci encore ;)
=> Frédéric NYEL le 13/12/12 : Finalement, j'ai opté pour "je m'accorde". Ça coule mieux, je te l'accorde.

5. Annarita 11/12/2012

Hello Fredou,

Quand le blues t'étreint il t'enlace dans de très jolis mots.
Des mots qui font rebondir vers ce qu'on désire profondément.

Fredou, je suis grande fan de ta plume (au sens propre du terme bien sur).

Annarita

Contente de te retrouver aussi, mais tu sais moi je guigne sur ton site de temps en temps.

=> Frédéric NYEL : Satané blues ! A défaut de m'étreindre, présentement il m'éteint. Mais comme à la fin je dis qu'il est éteint (petit navi-reu... :))
Alors comme ça, on m'épie ?... Tu es ici chez moi, fais donc comme bon il te semblera. Merci

Ajouter un commentaire