http://www.clicanimaux.com

Il suffit d'un clic pour nourrir gratuitement un animal abandonné !

Ma Muse, Ta Muse... (Hékamia/FredOueb)

PROLOGUE :

À court d'idées ? (écrit le 8 mars 2010)

 

Puisque tu me dis être à court d'inspiration,

Je te propose un jeu – de bonnes intentions ! :

Je rédige une strophe et tu fais la suivante,

Ainsi de suite, un texte, à deux s'écrit, s'invente…

 

… Bloquée ? à court d'idées ? veux-tu que je poursuive ?...

Sur quel thème veux-tu que j'aie l'initiative ?

L'amour, la mort, le rire, ou un sujet abstrait ?

Quel tableau doit-on peindre ? Et qu'en est le portrait ?...

 

… Allez, fais un effort ! Même s'il est loufoque !

On s'en fiche, au contraire, tous aiment l'équivoque

De subtils jeux de mots ou de sous-entendus ;

Qu'importe ! il y a bien ça dans tes "invendus" ?...

 

Cherche ! j'attends mon tour… Je te laisse le choix ;

Tu as la forme, aussi c'est donc à toi qu'échoit

Le fond, l'âme du texte, avec tes mots, qu'on aime.

Que ce dialogue soit un nouveau phénomène !!

 

Écrit pour Hékamia, ce poème invitait donc celle-ci à co-écrire un texte avec moi.

Ce qui fut fait aussitôt. Le poème ci-après est ainsi né de cette invitation.

(les strophes en italique sont d'Hékamia, les autres de moi)

 

Ma Muse, Ta Muse… (écrit les 8 et 9 mars 2010)

 

Elle a le pouvoir de t'envoûter pour toujours

Et de débarquer, bouleversant tout autour,

Marquant ta mémoire, ell' passe puis elle court,

Laissant sa trace dans ton âm' de troubadour.

 

Avec son doux parfum qui enivre tes rimes,

Et ses chaudes couleurs afin que tu t'exprimes,

Elle guide ta plume en des mots richissimes

De sensuelles saveurs, belles et rarissimes.

 

Telle un' chanson elle a ce pouvoir mystérieux

De graver en mémoire un moment fabuleux.

Au son de ses douc's not's tu te laiss's emporter,

Au gré de sa fin' gamm', tu succomb's, inspiré…

 

Sa mélodie gracieuse alors à ta portée

Sème ton chant de clés qu'elle t'a apportées.

Sa blanche est ronde et jamais ne s'accroche

Pour un bémol qui, trop près d'elle, se rapproche…

 

Ses noir's coul'nt doucement dans l'encre de ta plume,

Et sa symphonie dirig' la dans' de tes lettres.

Un' seul' pensée vers elle nourrit tes lacunes ;

Ell' souffle l'air divin qui fait vivr' le poète.

 

Elle joue sur tes mots, les mêle et s'en amuse

Pour que chez ton lecteur s'esquissent des sourires,

Que lui aussi ressente ton plaisir d'écrire,

La magie opérant là : Ma Muse, Ta Muse.

Ajouter un commentaire