http://www.clicanimaux.com

Il suffit d'un clic pour nourrir gratuitement un animal abandonné !

Comme deux aimants

Quand je dis "noir",

Toi, tu dis "blanc".

J'ai beau l' savoir,

Ça reste toujours énervant !

 

Quand je dis "stop",

Tu dis "encore !"

Et moi j'écope

Le trop-plein d' notre désaccord.

 

Quand j' dis "parfait",

Toi, tu dis "bof !"

Et je devrais

N' rien dire en restant philosophe...

 

Refrain :

Comm' deux amants

Fuyant leurs rôles,

Toi, forcément,

Tu pleur's quand je trouve ça drôle.

Comm' deux aimants,

Fac's au mêm' pôle,

On s'aim' tell'ment

Qu'on se repouss' dès qu'on se frôle.

 

Quand je dis "jour",

Toi, tu dis "nuit".

Il faut toujours

Que tu te pos's en ennemie.

 

Quand j' dis "soleil",

Tu dis "nuages !"

Tout m'émerveille,

Quand tu te crées ton propre orage.

 

Quand j' dis "banco !",

Tu dis "banqu'route !"

Tu vas franco

Vers la plus mauvaise déroute.

 

REFRAIN

 

Si j' veux maint'nant,

Tu dis "demain"...

Pas étonnant

Qu'on n' soit jamais sur l' mêm' chemin.

 

 

Texte écrit les 10/10 et 22/11/2012, à "musiquer"

Frédéric NYEL © (alias FredOueb)

Commentaires (5)

1. libreplume 12/12/2012

Ah ! que j'apprécie tout cet exercice de mots et leur surenchère, alliant les opposés pour imager un dialogue de vie où le quotidien affronte son double.
Tu es très fort dans ce genre, je me souviens d'une chanson d'Eric dont tu es l'auteur, 'Un rail d'héro' (un des Cd que j'écoute en boucle...),
et je suis toujours admirative de tes tournures qui semblent évidentes tant elles sont bien chorégraphiées, du jeu souple d'un terme à un autre...

=> Frédéric NYEL : "je suis toujours admirative de tes tournures qui semblent évidentes tant elles sont bien chorégraphiées, du jeu souple d'un terme à un autre..." Je l'ai copié/collé juste pour le plaisir de mon ego qui en mourait d'envie...
Voilà, C'est fait !
Merci de tes bon mots, Mireille.

2. Annarita 10/12/2012

Hello Fredou,

Waouh ! si c'est le début d'une relation il faut vite prendre la poudre d'escampette.
Mais texte criant de vérité pour certains couples unis depuis des années et qui n'ont plus grand chose en commun.

Merci Fredou
Annarita (petite tortue chez Poutt)

=> Frédéric NYEL : Ouaaaais !! Que ça me fait plaisir de voir une Tortue poutienne pointer le bout de son bec ici !! :)
Merci d'être passée laisser quelques mots sur ce nouveau texte. Reviens quand tu veux ! ;)

3. SOPHYA 26/11/2012

J'aime beaucoup le rapport de force de ces amants-aimants.
C'est pour cela que je n'apprécie pas la strophe :
Quand j' dis "soleil", Tu dis "nuages !" Tout m'émerveille,
Quand tu te crées ton propre orage.
qui me déroute, va en contradiction avec les affirmations précédente et donc casse le rythme naturel de ton texte. Pourquoi s'émerveiller d'un caprice alors que le reste agace!
Dommage car ça me plaît beaucoup!
Merci de me glisser dans ton registre de lecteur de tes nouveautés!

=> Frédéric NYEL : "Tout m'émerveille" <= dans la vie de manière générale, quand "Elle" n'est pas émerveillée et cherche l'opposition en venant enuager mon ciel bleu... Je ne suis donc pas émerveillé devant "Elle" (dans ce texte), puisque justement...
Mais c'est peut-etre que je dois retravailler ma syntaxe pour que le sens soit plus clair...?
Merci de m'avoir fait réfléchir à cette strophe !

4. Jean Denaves (site web) 26/11/2012

Une chanson (enfin un texte de) bâtie sur le même thème que "Toi & moi" de "Jean Denaves" qui, contrairement aux "quat'z'autres est tout seul C'est realy mais je déconne histoire de saluer (au pas sage) affectueusement Mr Léboul. Tout m'émerveille (quand tu crée ton propre orage)... moi je suis pas trop émerveillé par cette emmerdeuse "La plus mauvaise déroute" me semble aussi à revisiter :clinde-n-yeux: Sinon c'est possiblement un tube ce texte, construction, façon de le mener, rythme, efficacité, simplicité dans le choix des mots... l'énumération habile des "contraires"... pas trop long. Manque la musique idoine! Le sexe opposé devient ici opposant et se juxtaposer devient pesant. Un commentaire féminin serait le bienvenu

=> Frédéric NYEL : "c'est possiblement un tube ce texte, construction, façon de le mener, rythme, efficacité, simplicité dans le choix des mots... l'énumération habile des "contraires"... pas trop long." Eh ben ça j'adooore !! :) J'aime cet oeil avisé qui est le tien, qui voit et dit toujours juste.
"La plus mauvaise déroute" est encore un vilain jeu de mots ('peux pô m'en empecher...). Merci encore d'avoir déambulé au fil de mes mots.
Quant à un avis féminin, il n'y avait qu'à demander ; il est juste au-dessus !

5. G.Léboul 23/11/2012

Une song construite sur le même principe que le Hello Goodbye des quatre z'autres... mais avec des paroles nettement plus intéressantes et étoffées !

Bien vu !

=> Frédéric NYEL : Alors là... je rougis de pouvoir à tes yeux être comparé "aux quat'z'autres", comme vous dites. Et c'est trop d'honneur que dire que mes paroles sont plus intéressantes-z'et étoffées. Mais je prends quand même, hein !...
Merci d'être viendu me lécher les mots ;)

Ajouter un commentaire